mercredi, mai 19, 2010

Championnat de France Paramoteur 2010 à Blois

J'ai passé la semaine dernière à Blois pour participer au championnat de France ULM (en ce qui me concerne : en paramoteur solo décollage à pied).
Coté moteur : J'ai encore utilisé mon bon vieux PAP complètement de série avec un ROS100 et son hélice bois standard en 125, sans réservoir additionnel...
Coté voile : J'ai volé avec une Lapoon Sport en 23m². C'est une nouvelle voile ITV qu'on est en train de mettre au point avec Ludo et Thomas. En fait il ne s'agit encore que d'un proto qui en est à sa 4ème version. On l'a reçu le vendredi avant la compétition, et je n'ai volé avec qu'une heure (mesure vitesses et conso) avant de partir à Blois, mais heureusement, j'avais volé beaucoup plus avec les protos précédents, et les changements de cette dernière version n'étaient pas radicaux...



Cette année, avec l'absence de championnat international, le championnat de France est devenu un Open International et a accueilli 17 étrangers. En paramoteur solo décollage à pied, nous sommes 67 inscrits, et au bout de 3 épreuves il est prévu un "cut" pour séparer le groupe en deux poules: une poule "élite" avec les 15 premiers français et tous les étrangers dans les 15 premières places au classement "scratch".
Le championnat a commencé par un temps plus que maussade, avec de la brume, un plafond super bas, et même de la pluie par moments... Quand le ciel a bien voulu nous accorder un petit créneau de vol, Alain (Barthere, notre directeur de course) nous lancé sur 3 épreuves enchainées : une navigation imposée avec photo (une épreuve ou il faut voler le plus vite possible en suivant un trait dessiné sur la carte, tout en cherchant à repérer des points remarquables que l'on a en photo et que l'on doit repérer sur notre carte) avec un atterrissage sur un autre terrain où l'on doit nous donner une nouvelle carte avec des balises. On doit ensuite redécoller le plus rapidement possible et survoler un maximum de ces balises et finir par une balise particulière au plus tard un heure après le début de l'épreuve (le chrono ayant démarré à la fin du parcours précédent, c.a.d. avant l'atterro...) . Et pour finir, on doit faire une précision d'atterrissage.



Au départ de l'épreuve, je décide de ne pas traîner et de partir dans les premiers, car je sent que plus tard ça risque de "bouchonner" sur le terrain intermédiaire. Je pars donc dans les premiers, et je prend la direction du château d'eau à coté du terrain qui sera le point de départ de la plupart des épreuves.
Cette année, on vole avec des cartes au 1/125000ème et il n'y a pas beaucoup de repères, alors je décide de ne pas voler trop vite sur cette première épreuve pour bien me repérer et ne pas louper de photos. Je trouve trois ou quatre photos (sur le six que l'on nous a donné) avant d'arriver sur le carrefour qui stoppe le chrono de la première épreuve et lance celui de la deuxième, mais on ne sais pas combien il y a de photos piège...
Je file à fond vers le terrain intermédiaire (Onzain) pour prendre ma deuxième feuille de nav, mais la bâche de la précision d'atterrissage y est installée! Ce qui veut dire que la deuxième nav est annulée (pour cause de dégradation météo) et que l'on doit faire nôtre P.A. ici... Je coupe le moteur à 300m et j'essaie de me concentrer sur mon approche. Le vent était bien présent sur toute la nav, alors inconsciemment j'ai tendance à faire une approche assez courte, mais je me rend compte que j'ai vais être trop long avec le gradient? Je tente un dernier virage, bien que je sois déjà fort bas, j'arrive sur la cible en virage, et sens que vais me gameler si je m'obstine à viser le centre (10 points) coûte que coûte, du coup je me contente de poser un pied dans le petit cercle (7 points) et j'évite de faire toucher le châssis ou mes genoux (0 points).
Je dégage ma voile de la zone d'atterrissage et rempli ma feuille de report que je donne aux commissaires. Puis je rejoins le chemin pour tout plier.
Une fois ma voile dans son sac, je constate que j'ai bien fait de ne pas traîner, car il y a plus de 20 voiles en attente au dessus la P.A. et ça commence à devenir un peu le souk....
En discutant avec les autres pilotes, j'apprendrais que j'ai loupé une photo.... Ensuite retour au terrain avec françois qui n'a pas fait l'épreuve et qui nous a amené le camion de ludo, et la remorque de david. Une fois les résultats affichés, je constate les dégâts, la photo loupée, le fait de pas avoir voler à fond, et la P.A. imparfaite m'ont classé à la treizième place... :(
Le lendemain matin : retournement de situation! Le directeur de course avait empêché 4 pilotes de décoller à cause de l'arrivée d'un front orageux, mais sans leur laissé la possibilité de repartir un plus tard... suite à une réclamation groupée, le jury leur a donné raison, et la nav a été annulée...mais on garde les points de la P.A.
Le créneau de vol suivant nous sommes repartis pour deux vols enchainés avec un premier attérro sur le terrain d'onzain, et le second sur un terrain inconnu.
La première nav était un max balises en une heure, et j'ai été assez "moyen" en n'essayant pas de faire une dernière balise (13ème de l'épreuve)...
Pour la deuxième partie on a eu droit à une nouvelle nav imposée avec photo. Le temps passé sur le terrain d'onzain étant compris dans le temps de l'épreuve, et j'ai bien réussi à être rapide. Je trouve toutes les photos et survole toutes les balises cachées pour finir 3ème :-)
Ensuite nous sommes repartis pour une éco-distance! Mais le système a changé car cette année nous avons des balances (comme en Angleterre). Ce qui veut dire que nous n'allons pas partir avec une quantité de carburant et essayer de faire la plus grande distance avant la panne sèche. Mais nous allons tous être pesés au déco, puis faire un parcours imposé (un triangle d'une trentaine de kilomètre), et être pesés à l'attérro pour savoir combien nous avons consommé de carburant pendant l'épreuve.... Le but étant bien sûr d'avoir consommé le moins possible...

Plusieurs pilotes, se sont mis en configuration de consommation "horaire" mini... c.a.d. bien souvent avec les trims dans la config la plus lente et ont été déçu de leur classement... car en fait il ont passé beaucoup de temps sur le parcours (d'autant qu'il y avait du vent). En fait sur ce genre d'épreuve, il ne faut pas raisonner "conso horaire", mais "rendement kilométrique", en faisant le rapport entre la conso et la vitesse. Avec mons ROS 100 et ma lapoon sport, ce rendement optimum est atteint en volant relativement vite (détrimmé), alors que pour d'autres (je pense en particulier à michel carnet avec son 4temps), il est atteint en volant plus lentement. Mais en réalité peu de personnes ont fait les mesures nécessaires à ce genre de calculs...
Je finis relativement bien sur cette épreuve, mais bien je fasse un résultat plus qu'honorable pour un moteur de série, je constate que tous les moteurs qui sont devant moi ont été plus ou moins préparé et que vais bien devoir virer mon carbu à membrane si je veut pouvoir monter dans le classement de ce genre d'épreuve...

Et c'est déjà le moment fatidique du "cut" qui va séparer les pilotes en deux poules! Je suis 8ème au général donc c'est tout bon pour moi je suis dans la poule "élite" ;-)
A noter que 4 filles sont aussi en élite! :-)

L'épreuve suivante était encore une navigation avec survol d'un maximum de balises en une heure, mais avec une subtilité supplémentaire : il fallait déclarer le nombre avant de décoller!!! Je joue petit bras au dernier moment (comme pas mal de pilotes...) en craignant un vent plus fort que prévu... En fait il n'était pas plus fort, et je boucle mon parcours avec un marge confortable, mais comme beaucoup d'autres ont joué la sécurité, je ne perd pas vraiment de points au classement.

Au retour de cette épreuve, il y avait un parcours de mania à réaliser. C'était une mania "française": un nouveau parcours basé sur les même piquets que les mania espagnole et japonaise. Le vent était assez fort et bien turbulent, alors j'ai surtout essayé d'assurer les piquets sans vraiment chercher à faire un temps, et je fait le 7ème temps....

L'après-midi, nous avons vidé l'essence de nos machines pour ne remettre qu'un litre et demi de carburant. Le but de l'épreuve étant de voler le plus longtemps possible et de se reposer sur le terrain....
Le problème, c'est que le ciel s'est bouché dès l'ouverture de la fenêtre de vol... du coup tout le monde à hésité à partir au début... J'ai espéré un peu que les conditions s'améliorent avant la fin de la fenêtre, mais voyant l'évolution trop lente, je suis parti en milieu de fenêtre... Je suis allé à l'écart de l'essaim qui volait dans tous les sens à proximité du terrain, Hélas, je n'ai jamais trouvé quelque chose qui me permette de vraiment couper mon moteur, j'ai même finalement consommé plus que si j'avais volé bêtement en ligne droite.... pas glop...descente au classement... :-(



Pour l'avant dernier jour nous avons commencé par une nav surprise qui nous a amené sur le terrain de Oucques. En fait il s'agit d'une navigation imposée avec un trait qui serpente sur la carte et deux photos. On commence par suivre le trait en cherchant les photos, et dès qu'on trouve une première photo, on quitte le trait et on se dirige vers un point A marqué sur la carte. En chemin on doit trouver la deuxième photo, et à partir de là se diriger vers un point B d'où part un autre trait qui nous amène au terrain de Oucques (et il y a bien sûr des balises cachées sur le parcours). Petite subtilité : un horaire de décollage nous est donnée à chacun au briefing et nous n'avons pas le droit de décollé avant, mais le chrono démarre à partir de cette heure théorique! Ce qui veut dire qu'il ne faut pas trainer et partir très vite.

J'ai vu le vent commencer à tourner 10minutes avant mon heure de départ, du coup je n'ai pas hésité à changer rapidement ma voile de place pour avoir un axe de déco bien dégagé. Et j'ai bien fait, car j'ai fait tout le vol côte à côte avec d'autres voiles, mais j'ai 5 ou 10 minutes de moins à l'épreuve car j'ai pu décoller du premier coup!
Sur place, Defuelling, Fuelling (2L), et déjeuner avant de repartir en éco. Objectif : revenir au terrain du breuil en vol sans se vacher (on n'a que 2 litre!), et si possible aller le plus loin possible sous le vent et revenir se poser au breuil! Le problème c'est que comme la veille le ciel se bouche....mais cette fois-ci c'est un peu plus mitigé, et comme on fait du chemin vent de cul, trouver quelque-chose qui permettrait de simplement se maintenir en l'air ce serait déjà pas mal...



Cette fois-ci, je ne traîne pas trop: je laisse partir quelque pilotes pour "baliser" un peu la masse d'air et j'y vais... J'essaie d'enrouler quelques trucs en partant mais rien de transcendant, je repart en direction du terrain en essayant de prendre de l'altitude... Je vois 4-5 voiles devant moi qui tournent dans le même sens, j'essaie de les rejoindre, mais sur place le vario ne s'affole pas trop... je laisse le moteur au ralenti au cas ou....puis le groupe se disperse: ça ne tiens pas et on continu vers le breuil... vers 400m à mi-chemin, je tourne dans un truc qui veut tenir, alors je coupe, et monte à 550, pour finalement redémarrer 5 minutes plus tard à 350... Je redémarre, et repart en me disant que si ça continu on va finir en rade avant le terrain, alors qu'en principe ça rentrait au moteur en ligne droite sans soucis.... finalement après avoir fait les 2/3 du parcours je trouve un truc qui monte réellement avant la forêt et je coupe le moteur, Je suis avec pascal et nous n'allons pas quitter ce thermique pendant 20minutes et monter à +de 1150m. J'ai les doigts gelés et le vent tourne (au lieux de dériver au sud, nous dérivons a l'ouest...) en nous éloignant du terrain. Du coup je reprend le cap du terrain et redémarre mon moteur vers 900m.
La zone n'a pas l'air de vouloir nous offrir d'autres ascenseur alors j'essaie de garder à peine le régime pallier et je file vers les landes le gaulois. Arrivé sur place, je regarde ce qu'il me reste en essence, et j'essaie d'estimer mes possibilités d'aller plus loin et de revenir... mais j'ai une grosse incertitude sur le vent que je vais rencontrer au retour... du coup je joue la sécurité et je survole l'axe au niveau des routes après le village puis je fais demi-tour et je retourne au breuil... avec un régime moteur léger pour me laisser descendre tranquillement. Arrivé sur place, il me reste au moins 25cl... tant pis.... quelques pilotes ont réussis à aller plus loin, mais au final j'ai l'impression que presque tout le monde aurait pu faire aussi bien voire même mieux en volant en ligne directe au moteur, ce qui montre bien qu'on à presque tous perdu nôtre temps à essayer d'enrouler des trucs bâtards en première partie de vol....

Pour finir cette avant dernière journée de compète, alain fait sortir 2 pylones gonflables de 12m pour une mania en huit. Alex met une raclée à tout le monde, alors que moi j'oublie de détrimmer à fond (j'avais décollé à mi-trim) et que je n'ose pas trop approcher ces gros trucs blancs... J'assure simplement en terminant l'épreuve à peu près à la même place qu'au général.... :-|


Pour finir le championnat, on a eu droit à une mania espagnole suivie d'une P.A. Le vent était présent sans pour autant gêner avec des turbulences...Et je n'ai pas vraiment réussi à attaquer sur la mania, d'autant plus que j'ai plus à perdre qu'à gagner et qu'en cas de piquet loupé la sanction pouvait être lourde... du coup je me retrouve encore à faire une mania moyenne (voir même décevante par rapport aux entraînements...). Heureusement j'assure bien la P.A. et je fais carreau!

Le Matéos gagnent le championnat avec alex chez les garçons, et coralie chez les filles, ça c'est de la famille de champions!!!

Voilà le championnat s'est terminé avec un repas de gala franchement sympa (surtout la fin ;-) et dans un ambiance bien détendue!



Moi j'ai terminé 6ème au général et 5ème au scratch (juste derrière math). Ce qui est un classement que je trouve tout à fait honorable ;-)
Bon maintenant, faut continuer à s'entraîner, commencer à bosser sur le moteur, finaliser la voile, et espérer faire mieux l'an prochain, pour éventuellement partir au championnat du monde en corée B-)

Un grand Merci à ITV et atlantic-paramoteur pour leur soutien, ainsi qu'à toute l'équipe "pays de loire".
Et encore merci aussi à tous ceux qui ont participé de près ou loin à ce que ce championnat soit une réussite!

voili voilou ;-)
Fredy

ps: les photos sont de françois

1 commentaire:

Vincent REGNIER a dit…

Ah Frédy t'es pas seulement le meilleur pour les vidéos mais aussi pour les récits !!! C'est super de pouvoir vivre ça de l'intérieur et d'après ce que je lis c'est beaucoup plus compliqué que les championnats que j'ai fait. ca devient de plus en plus intéressant.
Encore merci à toi et bravo pour ta superbe place.
A bientôt !!!